Conseil d’Administration de l’Association Belge des Médecins Acupuncteurs de Belgique

L’ACUPUNCTURE EN TANT QUE SCIENCE

La technique d’acupuncture est un acte médical nécessitant des connaissances que seuls possèdent les docteurs en médecine. Seul un médecin est en effet habilité à établir un diagnostic occidental préalable à tout traitement, à juger si l’acupuncture est suffisante pour traiter une pathologie donnée et à l’appliquer correctement sans risque pour le patient. Telle est notre opinion mentionnée sur notre site.

Poser un diagnostic et entamer une thérapeutique appropriée est légalement réservé aux médecins. Il va de soi que l’acupuncture doit être pratiquée par des médecins, afin de pouvoir intervenir à temps en cas d’évolution défavorable de la pathologie du patient.

Une formation en Médecine Traditionnelle Chinoise contient également des concepts de médecine interne qui peuvent prêter à confusion pour un non médecin. C’est ainsi que les concepts chinois d’organes ne sont pas superposables à la réalité anatomique et physiologique des organes décrite en médecine occidentale. Il faut savoir intégrer les concepts philosophiques et empiriques chinois dans notre médecine occidentale, ce qui implique une connaissance approfondie de celle-ci, sous peine d’amalgames. Les non médecins prescrivent en outre souvent des plantes chinoises dont les interférences avec les médicaments occidentaux ne sont pas connues, ce qui peut perturber un traitement médical via les cytochromes P450 et la glycoprotéine P.

Nous sommes tout à fait d’accord lorsque le rapport du KCE demande une approche scientifique et une excellente formation en acupuncture. Nous sommes demandeurs d’études scientifiques et depuis plus de 30 ans notre école offre aux médecins un enseignement très performant.

Mais nous avons aussi certaines remarques à faire.

Ainsi ce rapport ne compare pas l’efficacité et les effets secondaires de l’acupuncture avec ceux des médicaments. Très intéressante à cet égard est la conclusion de la revue de Cochrane sur le traitement prophylactique de la migraine (1), dont la citation suivante est extraite:

AUTHORS’ CONCLUSIONS “…. Available studies suggest that acupuncture is at least as effective as, or possibly more effective than, prophylactic drug treatment, and has fewer adverse effects. Acupuncture should be considered a treatment option for patients willing to undergo this treatment.”

(Conclusions des auteurs : ” ….. Les études disponibles suggèrent que l’acupuncture est au moins, si pas plus effective qu’un traitement prophylactique médicamenteux et produit moins d’effets secondaires. L ‘Acupuncture devrait être considéré comme une option pour les patients qui veulent subir ce traitement.” )

Il s’agit ici d’une des revues systématiques, avec des ECR bien conçus, qui indiquent que la puncture des points d’acupuncture est aussi efficace que le traitement standard par b-bloquants, tout ayant moins d’effets secondaires. C’est étrange que ces conclusions n’ont pas suscité la curiosité du monde médical et académique en Belgique.

Il est tout aussi étrange que le rapport du KCE laisse paraître que l’acupuncture est restée dans le stade du Yin et Yang. L’existence d’études scientifiques fondamentales, avec un nombre de résultats qui décrivent les effets biologiques de l’acupuncture, n’est même pas mentionnée. Des études très récentes par IRM fonctionnel ont même décrit les effets de l’acupuncture sur le cerveau (2). Des tas expériences sur animaux, dont entre autres les effets sur l’expression des gènes (3), indiquent que les effets de l’acupuncture ne peuvent pas être attribués uniquement à un effet placebo.

Cette information devrait servir à susciter la curiosité scientifique du monde académique en Belgique. Nous sommes en tout cas prêts à collaborer et à mettre notre compétence à disposition de tels projets.

L’ABMA soutient à l’unanimité la recherche d’une explication scientifique du traitement par aiguilles et participe activement aux congrès annuels de l’ICMART ( International Council of Medical Acupuncture and Related Techniques).

En tant que partenaire de la NAAV (Nederlandse Artsen Acupuncturisten Vereniging), qui est le pays d’hôte du congrès 2011. (ICMART à Den Haag: 12 mai-15 mai 2011 –http://www.icmart2011.org/), notre commission scientifique à été invitée pour participer à l’implémentation du programme. Les sessions sont structurées par le Scientific Congress Committee selon le classement SWOT (Strenghts-Weaknesses-Opportunities-Threats + future Developments ).

1. Linde K, Allais G, Brinkhaus B, Manheimer E, Vickers A, White AR. Acupuncture for migraine prophylaxis. Cochrane Database Syst Rev 2009(1):CD001218.

2. Liu J, Qin W, Guo Q, Sun J, Yuan K, Dong M, et al. Divergent neural processes specific to the acute and sustained phases of verum and SHAM acupuncture. J.Magn Reson Imaging 2011;33(1):33-40.

3. Kim KW, Kim HW, Li J, Kwon YB. Effect of bee venom acupuncture on methamphetamine-induced hyperactivity, hyperthermia and Fos expression in mice. Brain Res Bull 2011;84(1):61-8.

Adresse de correspondance : vera.machtelinckx@gmail.com

Vice – Présidente de l’Association Belge des Médecins Acupuncteurs de Belgique